Regardez [[Le Mystère Henri Pick]] Film en Streaming VOSTFR

Le Mystère Henri Pick (2019)

Une éditrice découvre un roman extraordinaire dans une bibliothèque qui recueille les manuscrits refusés par les éditeurs. Le texte, signé Henri Pick, devient un best-seller. Pourtant, ce pizzaïolo breton décédé deux ans plus tôt, n’aurait jamais lu de livre ni écrit autre chose que sa liste de courses. Un célèbre critique littéraire va mener l’enquête avec l’aide de la fille de l’énigmatique Henri Pick.
Date de sortie : 2019-03-06
Genres : Drame
Durée : 100 Minutes
Par :
Acteurs: Fabrice Luchini, Camille Cottin, Alice Isaaz, Bastien Bouillon, Philypa Phoenix, Louis Descols

 


 

Bande d’annonce :Le Mystère Henri Pick

 

Le mystère Henri Pick, David Foenkinos; nf Gallimard

Après le succès planétaire de Charlotte, David Foenkinos explore le milieu littéraire et dissèque l’avènement d’un best-seller, les maillons indispensables, tout ce que vous voulez comment changer un livre, une personne, voire une vie privée.

On a allumé des titres qui ont été cartographiés, mais c’est le hasard, le coup médiatique d’un éditorialiste ou l’intuition de l’éditeur ou de l’éditrice?

Pour les Foenkinophiles, lire un roman de l’auteur c’est d’abord à la traque de ses constantes. La série d’éléments devenus la marque infaillible de David Foenkinos est-elle toujours présente?

To lecteur de test ai retrouvé les références en polonais, aux cheveux, à Ikéa, l’Allemagne, Berlin, le jus d’abricot et les notes en bas de page. Voir un clin d’œil à la Suède et à Katerina Mazetti quand deux protagonistes se rencontrent au cimetière?

Brautigan, auteur américain n’a pas relu l’idée de reprendre son concept de «bibliothèque des livres refusés», des «livres indésirables» est le point de départ du roman. Une émule Jean-Pierre Gourvec à la bibliothèque de la ville de Crouzon, en Bretagne. Son objectif est de valoriser les pépites laissées pour compte par le comité de lecture.

Son assistant va continuer cette sauvegarde, accueillant les dépositaires.

Sa rencontre avec Jérémie réveille sa libido au point de vue de son mari quant à son retard. Dans ce passage, on retrouve la sensualité du potentiel érotique de ma femme.

C’est alors que Delphine Despero, éditrice parisienne, «futur papier de l’édition», a raconté un texte bouleversant: «l’histoire d’un blocage, l’impossibilité de vivre une histoire d’amour», anticipant même l ‘adaptation au cinéma.

Henri Pick, exposé après mort de l’auteur, on cherche à savoir qui est cet auteur inconnu, à joindre sa famille.

On assiste à des rencontres entre la veuve et les journalistes ainsi qu’elle a publié son affaire avec une affaire juteuse. Celle-ci voit un livre porteur et s’investit au fond d’un fils compagnon Frédéric qui n’est pas connu de cette chance et qui le laisse flop de son propre roman. À partir de ce queil nourrit de l’amertume.

Mais c’est vraiment ce que c’est Monsieur Pick, pizzaïolo breton? Comment m’assurer? Madame Pick que son mari est indubitablement l’auteur de: Les dernières heures d’histoire d’amour. Voici Madeleine en train de ramener le souvenir de son mari. On a plonge dans le maelström qui la taraude, dans le séisme qui l’ébranle.

Le discours commence, et on pense au roman de Serge Joncour: L’idole, à la façon dont les médias s’emparent de ce scoop, et font de Madeleine leur proie. David Foenkinos souligne la dérivation de la notoriété qui s’abat sur vous, à votre insu, surtout après un passage à la télévision. Quand François Busnel a tourné une séquence de son émission chez Madeleine, elle est tombée sur ce cirque.

Le narrateur a rencontré la focale sur la fille Joséphine, elle a accepté son mariage, son quart de célébrité, elle a perdu sa vie depuis son divorce.

David Foenkinos montre l’impact d’un passage à la télé sur les ventes, rappelant le roman de Jessica L.Nelson Tandis que je me dénude, mais pointe le besoin de lecteurs «quand aime un livre, on veut savoir davantage» , from this «traque incessante de l’intime dans la littérature».

A même un bandeau apposé sur un livre avec une accroche, comme «Un roman refusé 32 fois» devient prescripteur à la grande stupéfaction de l’intéressé, qui se voit croire son talent récompensé. Mais le milieu littéraire commence aussi par les désillusions, mieux vaut être informé pour un auteur.

Le film La délicatesse, adapté du roman éponyme au début d’Amélie Poulain. Les habitants de Crouzon découvrent le pèlerinage Pick, depuis le cimetière, la crêperie, ancienne pizzeria, et la bibliothèque des refusés.

Mais un journaliste, plus intuitif, plus professionnel, au vu des incohérences subodore un autre scénario et fait sa propre enquête. Va-t-il résoudre l’énigme?

Pas facile quand on trouve la bibliothèque fermée pour durée indéterminée.

Y a-t-il anguille sous roche pour Rouche qui se laisse porter par l’intuition?

Magali n’a-t-elle pas filé à l’anglaise avec son protégé?

David Foenkinos dit distillateur le suspense, note en bas de page que Jean-Michel Rouche a «capitale dans cette histoire».

Quelle est cette «découverte cruciale» détenue par Joséphine?

Voici le lecteur tenu en haleine. Et si l’auteur nous menait sur une piste fausse?

Les révélations de Jean-Pierre Rouche sont latérales et donnent rendez-vous au rebondissement de ce roman. Une autre protagoniste entre alors en scène: Marina. Quelque chose aurait été avec Gourvec, le bibliothécaire de Crozon, «pourvu que la santé soit minimale», mais avec le pouvoir magique de «trouver le livre qui vous correspond» après votre «apparence physique»?

Comment l’éditrice sera-t-elle passée à la découverte de ce qui s’est passé? Ne risque-t-elle pas perdre sa légitimité et voir les chiffres de son édition chuter?

Ce qui est extraordinaire, c’est la puissance de la manipulation psychologique, c’est de voir se détricoter tous les arguments qui ont réussi à convaincre Madame Pick. Mais comme des vases communicants, voilà Marina, visite à son fils, convaincue que Gourvec l’a aimée en secret et écrit en roman pour elle. Mais pourquoi aurait-il signé en usurpant le nom de M. Choisir? Le mystère reste entier pour le lecteur aussi.

Qui croire? Qui était la vérité?

Le lecteur perdu, embarqué par toutes les hypothèses n’ont plus de repères

Quant au pacte secret de Delphine et Frédéric que cacherait-il?

En savoir plus sur la vérité ou être embossés comme protagonistes, induit en erreur?

Cette publication mystérieuse conduit David Foenkinos à s’interroger sur l’intérêt de certains artistes à ne pas aller chercher dans la lumière de leur vivant, comme le photographe Vivian Maier. Mais il dénonce aussi ce que les journalistes peuvent avoir sur des personnes fragiles, crédules.

Comme il y a eu le salon des refusés en peinture, l’auteur nous dit que «le refus ne peut pas être une valeur qualitative», citant les cas «emblématiques» de Proust et John Kennedy Toole.

Si David Foenkinos fait partie de ceux qui vendent le plus de livres, la conscience de la vente, la vente, la crise, l’autre «faut-il batailler» et ne permet pas, pour beaucoup d’enfants de vivre. Il existe également le statut précaire de certains journalistes littéraires, dépendant de la ligne éditorialiste du patron de presse et que l’on débauche quand ils vitupèrent contre leurs contempteurs. Rouche, “prince d’un royaume éphémère”, alors “pestiféré” pour avoir vilipendé les postures et les écrivains surestimés “, il y a cet aphorisme de Churchill, retweeté par David Foenkinos:” Le succès, c’est lui d ‘ échecs en échecs ».

Le narrateur nous immerge dans un répertoire littéraire où naissent les rumeurs, les suites, vite colportées sur les réseaux, nous laisse entrevoir le lien éditrice / représentant (pression subie). Le coup d’éclat de Maroutou sera retenu dans la rue. Aux voix d’Augustin Trapenard, de Bernard Lehut, de Frédéric Beigbeder, expert de la Russie, mais aussi du marketing, connu pour ses paires.

David Foenkinos a rencontré pour le compte-rendu auteur / auteur, tâche ingrate mais déterminante, primordiale et abordée pour l’auteur de rester dans l’anonymat le plus complet. Il a également été écrit sur le lieu d’écriture et la création.

Coup de théâtre final: l’annonce de la révolution, du couple, mais pourquoi Delphine menace-t-elle d’avorter? Juste un rappel du roman de Brautigan «Avortement», n’appréciez-vous pas le destin pathétique? Rappel de la comparaison de son agonie à la fin d’un amour, thème du mystérieux manuscrit?

This récit, on on peut constater, provoquer un choc réel, un effet domino parmi tous les couples croisés, plus ou moins en lien avec l’auteur présumé.

David Foenkinos sonde les intermittences du coeur: incompatibilité (“Leur cohabitation devienne le théâtre de deux forces antagoniques”, usure, tentative de rabibochage, adultère, humiliation, trahison, scènes de ménage. “Même une dispute, tu me la refuse”.) , indifférence à l’autre.

The mystère is on dévoilé in final in The men with it verity. Mais ce dernier roman ne risque-t-il pas d’être censuré, retiré du rayon de mesure, depuis le pot aux roses et est-il démasqué? Ce nouvel opus prouve que chacun a ses secrets.

Doit-on voir un scoop en filigrane quand on lit que Roman Polinski serait en train de tourner un film sur «un jeune peintre allemand, morte à Auschwitz»?

Ancré dans l’univers littéraire contemporain, David Foenkinos pratique copieusement le nom dropping (Jaenada, Roth). On ne serait donc pas étonné de ce que l’on convoquait les auteurs de Soumission, de Merci pour ce moment ou son film: de Woody Allen. Dans ses entrevues, David Foenkinos confie les auteurs fondateurs comme Borges, Cioran, Gracq, Kundera, Kafka, Kerouac, Pouchkine, Bolano, Dostoïevski, Walser et décline son amour de la littérature.

C’est avec plaisir qu’on se délecte, se donnait des fulgurances de l’auteur: «un genre de falaise affectif», «service après-vente de la rupture», «économe de la tendresse», «un Fitzgerald de la pizza »,« Le silence demeure le meilleur antidote aux désaccords », the a power of a mollusque neurasthénique».

Beaucoup d’ironie, d’humour, de comique de situations, de fantaisie, de tendresse et de délicatesse, dans cette difficulte romaine «résumable», complexe aux nombreuses ramifications qui nous plongent dans les coulisses du lancement d’un livre et de ses retombées, dans la fabrique d’un best-seller. Mais David Foenkinos livre une impressionnante ode aux livres, truffée de références cinématographiques, musicales (Barbara) et littéraires, autant de pistes pour éveiller la curiosité du lecteur.

Après avoir été «Charlottisé», laissez-vous prendre dans les courses de Henri Pick.

Si «écrivain est le seul métier qui permette de rester sous la couette en disant: Je travaille», le lecteur peut s’offrir le luxe sous la couette de cette comédie, aux allures de polar, rythmée de suspense, brillamment orchestrée par David Foenkinos, il y a toujours un mot qui nous est destiné. «On cherche inconsciemment ce qui nous parle. »

Faut-il se méfier des écrivains («Les écrivains sont dingues, tout le monde le dit.») Ou ceux qui lisent? Peut-être!, Mot préféré de David Foenkinos.

Selon Giorgo Manganelli: «Ceux qui aiment ardemment les livres constitutifs sans qu’ils le soient une société secrète. Ils forment à eux seuls une bibliothèque de vies brèves. »The United Kingdom of America, conscient du constat alarmant que les gens lisent moins, signent un vibrant et convaincant plaidoyer for the lecture.

Author: tauhid